Oh les beaux jours - Critiques presse

La critique de Pariscope

( Marie-Céline Nivière )
  • Une plage, un soleil de plomb, un rocher pareil à une huître géante, à son sommet, une perle blanche, Catherine Frot… Juste le haut de son buste émerge. Fixant le zénith, elle s'émerveille : « Encore une journée divine. » La comédienne donne au babillage de Winnie des tons pleins de tendresse. Elle est magnifique. Il y a tant de douceur, de générosité, d'émerveillement dans son interprétation. Selon le prisme du metteur en scène et de la comédienne, le texte de Samuel Beckett prend diverses nuances. Cette version de Marc Paquien est excellente car, plus que jamais, on entend qu'il est question d'un couple usé par le temps… Puisque le dialogue ne se fait plus avec son mari Willy (Pierre Banderet), Winnie remplit les vides, s'accrochant aux gestes du quotidien. « Ça me rappelle le printemps où tu venais me geindre ton amour… » La scénographie, décor de Gérard Didier, lumières de Dominique Brugière, contribue également à la beauté de ce travail.

La critique de Pariscope

( Dimitri Denorme )
  • Enserrée dans la terre où elle s'enfonce au fur et à mesure de la pièce de Beckett, Winnie est avant tout une voix. Une voix au babil interminable. Une voix qui s'attarde sur les petits riens, qui enjolive le passé, le présent, le futur… Une voix qui se fait entendre pour ne perdre ni le corps ni les souvenirs… Winnie parle, raconte, espère, prie et tente encore de vivre. Pleine d'allégresse, elle multiplie les annonces du bonheur qu'elle trouve dans les moindres recoins de son existence. Chaque jour lui apparaît comme un ravissement, tout lui semble « si merveilleux »… Avec ce qu'il convient sûrement d'appeler la force du désespoir, elle fait comme si tout allait continuer… Comme si le miroir qu'elle vient de briser, comme si l'ombrelle qu'elle vient de brûler allaient réapparaître demain. Jusqu'à la fin, Winnie refuse de capituler. Difficile pour autant d'occulter qu'inexorablement la mort approche et qu'elle devra bientôt céder sa place au silence… Catherine Frot reprend pour soixante représentations exceptionnelles ce spectacle créé la saison passée au Théâtre de la Madeleine. Que les amateurs de Beckett et les fans de la comédienne se le tiennent pour dit : soixante représentations et pas une de plus ! La partition de cette femme-tronc est une gageure pour une actrice. Burlesque et mutine, la voix chantante quelquefois, Catherine Frot apporte un charme singulier non dénué de cocasserie au personnage de Winnie. Ses intonations, ses mimiques rendent encore plus touchantes la résistance de la pauvre femme et l'énergie aussi décuplée que vaine qui l'anime. Impeccablement dirigée par Marc Paquien, la comédienne est à la hauteur du challenge qui lui était proposé. A ses côtés, Jean-Claude Durand endosse le rôle de Willie, véritable exutoire de Winnie. Sous les jolies lumières de Dominique Bruguière, dans le décor de Gérard Didier figurant une immense coquille d'huître, Paquien n'a pas cherché à appuyer inutilement le côté tragique de la pièce. Bien au contraire. Et c'est très bien. Tout est ici solide et fluide. Et c'est avec le sourire qu'on vous presse d'aller attendre en compagnie de Winnie l'arrivée du jour prochain.

La critique de A nous Paris

( Myriem Hajoui )
  • [] Excellant à magnifier les tous petits riens, la comédienne donne tout cela : le physique et le métaphysique, le prosaïque et le poétique. [...] Un spectacle d'une grande force, où se déploie le talent dévastateur de Catherine Frot.

La critique de Terrasse

( Agnès Santi )
  • [...] Catherine Frot incarne avec beaucoup de subtilité une Winnie fondamentalement proche, familière, et Marc Paquien crée un théâtre exigeant et accessible à tous, ouvrant de singulières perspectives, au cœur de l’humain.

La critique de Les Echos

( Philippe Chevilley )
  • Avec Catherine Frot dans le rôle de Winnie, Marc Paquien nous offre une lecture presque joyeuse du chef-d'œuvre mortifère de Beckett « Oh les beaux jours ». La comédienne, tour à tour drôle et poignante, joue les clowns d'apocalypse. [...]

La critique de Le JDD

( Jean-Luc Bertet )
  • [...] Catherine Frot se tire admirablement des nuances presque imperceptibles de "ce texte mouvant qui conduit de la mélancolie à la gaieté et inversement". La grande comédienne de théâtre qu’elle est incarne à la perfection cette ode à la vitalité. [...]
Sur scène
  • Lacenaire Théâtre
  • Dernier coup de ciseaux Théâtre Théâtre des Mathurins Paris > Réserver
  • Coup de Theatre(s) Théâtre
    Boulevard et comédie
    Théâtre de la Gaîté-Montparnasse Paris > Réserver
  • Michel Boujenah - Ma vie (autobiographie imaginaire) Théâtre Espace Salvador-Allende Palaiseau > Réserver
  • Michaël Hirsch - Pourquoi ? Théâtre Théâtre les Déchargeurs Paris > Réserver
  • Jarry - Atypique Théâtre
    One man show
    Théâtre Trévise Paris > Réserver
  • Ballet de l'Opéra de Lyon : William Forsythe - Limb's Theorem Danse Maison des arts Créteil
  • Josef Nadj - Paysage inconnu Danse
  • William Forsythe - Legitimo/Rezo Danse
> Tous les spectacles à l'affiche
Coups de coeur
  • Réserver Le Tour Du Monde En 80 Jours Théâtre
  • Une semaine... pas plus ! Théâtre