Angelina Woreth et Kacey Mottet- Klein dans Just kids
Blue Monday Productions

Kacey Mottet- Klein brille une fois encore dans le nouveau long métrage du réalisateur d’Une femme d’extérieur.

Christophe Blanc est un cinéaste qui se fait trop rare sur grand écran. Dix ans séparaient son premier (Une femme d’extérieur) et son deuxième (Blanc comme neige) long métrage. Et il a fallu encore attendre dix nouvelles années pour ce Just kids, son œuvre la plus personnelle à ce jour, inspirée par ses propres souvenirs d’enfant et de jeune adolescent. Il y raconte le destin bouleversé d’un garçon de 19 ans soudain propulsé dans l’âge adulte après le décès brutal de ses parents, qui l’oblige à devoir prendre en charge sa sœur et surtout son petit frère.

Comment assumer une responsabilité d’adulte quand on a encore plein d’idées de sales gosses dans la tête ? Blanc s’appuie sur cette interrogation pour créer un récit qui n’aime rien tant que sortir des sentiers battus pour explorer les multiples facettes (attachantes comme irritantes) de cet ado incapable d’accepter l’amour des autres tant il peine à s’aimer lui- même. Ici, la maladresse fait partie même du projet, empêchant le film de ronronner ou de se contenter de suivre les pas de tant d’autres récits initiatiques. Et ce d’autant plus qu’il est porté par un merveilleux comédien qu’on se régale à voir grandir à l’écran, de film en film, depuis 12 ans : Kacey Mottet- Klein. Just kids confirme son talent tant dans ses choix que dans la manière puissante de donner vie à l’écran à ses personnages. Souvent des êtes abimés par la vie mais refusant de renoncer face aux obstacles, comme le héros de Just kids, mais sans jamais se répéter. Un acteur dont la générosité se lit aussi dans la manière dont il joue avec ses différents partenaires (dont le choix pertinent raconte le sens du casting de Christophe Blanc) :  le débutant Andrea Maggiulli et Anamaria Vartolomei (L'Echange des princesses) - qui incarnent ses frère et sœur - et la lumineuse Angelina Woreth dans le rôle de sa petite amie.

 

De Christophe Blanc. Durée : 1h43. Sortie le 5 août


A lire aussi sur Première