GALERIE
© 2021 Metro-Goldwyn-Mayer Pictures Inc. All Rights Reserved.

Le duo Greg Tiernan et Conrad Vernon confirme le mauvais pli lors du premier volet. A trop vouloir draguer le jeune public, ils trahissent l'essence même des comics de Charles Addams

"Bonne idée : avoir confié les clés du reboot de La Famille Addams à l’équipe de Sausage Party. Mauvaise idée : s’inspirer des inoffensives productions Illumination et faire passer les Addams pour des cousins du Gru de Moi, moche et méchant", écrivait Première en 2019. On n’en changerait pas un mot devant sa suite deux ans plus tard, où, Morticia et Gomez perdus face à leurs enfants qui ont bien grandi, décident d’embarquer Mercredi, Pugsley, Oncle Fétide et toute la bande dans leur camping-car hanté pour des vacances en famille. Et ce alors que des doutes surgissent sur le fait que Mercredi soit bien leur fille naturelle. Plus que jamais, le joyeux esprit de satire qui donnait le la des deux adaptations en chair et en os des cartoons de Charles Addams par Barry Levinson est ici définitivement mort et enterré. La forme, l’animation, reste de bonne tenue. Mais le fond cherche tellement à draguer le jeune public qu’il perd tout ce qui constitue son essence. Seule Mercredi est, dans la première partie du film, la gardienne du temple de ce mauvais esprit. Mais tout le film, tout le scénario ne vont chercher qu’à la faire rentrer dans la norme. Un contre- sens absolu. Et d’autant plus décevant ou agaçant quand on a vu de quoi le duo Tiernan-Conrad a été capable dans Sausage party qui avait remporté 140 millions de dollars de recettes, en dépit de tous les levers de boucliers des ligues de vertu à travers le monde. Les temps ont changé. Et pas forcément en bien, donc.

La Famille Addams 2 : Une virée d'enfer. De Greg Tiernan et Conrad Vernon. Avec les voix de Charlize Theron, Oscar Isaac, Chloë Grace Moretz... Durée: 1h33. Sortie le 13 octobre 2021


A lire aussi sur Première

The French dispatch : Wes Anderson en roue libre [critique]

Le cinéaste et sa troupe reviennent en noir et blanc et couleurs pastels, entre pastiche et postiches, alternant divertissement premier choix et avertissement pour la dernière fois.

Tout nous sourit : une comédie à l'écriture ciselée [critique]

Enfin, une comédie douce-amère sur le couple et la famille qui évite les clichés rebattus ! Le grand vainqueur du Festival de l'Alpe d'Huez 2020 sort enfin en salles.