Nona et ses filles
Arte

Petit bijou d'humour surréaliste, à la tendresse infinie, cette fable familiale signée Valérie Donzelli a fait craquer le festival.

C'est la première fois qu'elle se lance dans l'exercice. Une première réalisation pour le petit écran. Une première création de série télé. Et une première totalement réussie pour Valérie Donzelli, qui a présenté hier soir en avant-première lilloise sa vision unique de la comédie familiale. Fable au ton résolument lunaire, Nona et ses filles a enchanté le festival et s'affirme comme la favorite de la compétition française.

Partant d'un concept fort, surréaliste pour ne pas dire surnaturel, la cinéaste acclamée pour La Guerre est déclarée ou Notre Dame raconte ici l'histoire d'une femme de 70 ans, féministe historique et engagée, qui tombe soudainement enceinte. Pour ses trois filles de 44 ans, des triplées qu'elle a élevé seule dans Paris, c'est un choc. George, Gabi et Manu vont avoir un petit frère ou une petite soeur. Mais qui est le père ?



Valérie Donzelli fait donc sa première infidélité au cinéma. Mais elle ne s'est clairement pas perdue en chemin. On retrouve la touche si particulière de la scénariste, dans cette manière tendre et surprenante de raconter des personnages forts, aux contours insaisissables, dessinés avec soin. Conte féminin s'il en est, Nona et ses filles promène sa narration au coeur d'une famille pour explorer la sororité dans les grandes largeurs, confinée à un appartement parisien à l'esthétique désuète réjouissante.

De ce lit superposé à trois places au papier peint 70's coloré, en passant par cette musique entêtante qui vous reste dans la tête, chaque détail est enchanteur. Une facétie intemporelle, où l'absurde confine à la pure tendresse. Les dialogues fusent, les rebondissements théâtrales sont assumés avec goût et Valérie Donzelli se permet au passage d'élaborer une réflexion pas si futile autour de la quête d'identité au sein de la famille.

Autour de Miou Miou, parfaite en Mater Familas immature, la triplette de belles filles s'en donne à coeur joie. Ledoyen, Hesme et Donzelli débordent d'une alchimie pétillante. Une bonne humeur communicative qui donne un petit plus à cette série irréelle : l'envie de faire partie de la famille !   

Nona et ses filles, à voir en décembre sur Arte.

A lire aussi sur Première

Que vaut Nona et ses filles, la série Arte de Valérie Donzelli ? (critique)

La première série de la réalisatrice s’appuie sur un postulat extravagant – une femme tombe enceinte à 70 ans – pour réussir un conte féministe et fantaisiste, doublé d’un portrait de famille aux résonances modernes.

Anna, à voir absolument, dès ce soir sur Arte (critique)

La nouvelle série du créateur d'Il Miracolo, intense conte dark sur l'enfance et la fin de l'innocence, arrive ce soir sur Arte. Pas loin d'être une (très) grande.